AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 PRISMVER - weeds grow stronger (achille+jack)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Horatio
Admin
Messages : 21
Date d'inscription : 06/08/2014

MessageSujet: PRISMVER - weeds grow stronger (achille+jack)   Ven 17 Fév - 10:56


ROLL AWAY YOUR STONE I'LL ROLL AWAY MINE TOGETHER WE CAN SEE WHAT WE WILL FIND DON'T LEAVE ME ALONE AT THIS TIME FOR I AM AFRAID OF WHAT I WILL DISCOVER INSIDE CAUSE YOU TOLD ME THAT I WOULD FIND A HOLE WITHIN THE FRAGILE SUBSTANCE OF MY SOUL AND I HAVE FILLED THIS VOID WITH THINGS UNREAL AND ALL THE WHILE MY CHARACTER IT STEALS
Les doigts qui parcourent l'épiderme au hasard. Rencontrent un obstacle. Presqu'inconsciemment, les ongles se glissent vicieusement sous le sang séché et déchiquètent la croûte.
La face d'Achille se tord en une légère grimace et il jette un coup d'oeil au genou meurtri où s'accumulent des hématomes dégueulasses et quelques plaies en cours de cicatrisation, révélatrices de sa dernière gamelle sur le bitume. Ça dégouline à nouveau ; il essuie le plasma d'un pouce et le porte à ses lèvres. Laisse l'âcreté se déposer sur le bout de sa langue en jetant un coup d'oeil alentours.
L'obscurité est quasi complète. En plissant un peu les yeux, il distingue encore les silhouettes décharnées des arbres environnants. Se dit qu'entre ses fringues so dark et sa présence vaporeuse, Jack pourrait déjà être à ses côtés depuis des plombes qu'il ne l'aurait même pas captée. Au cas où, il vérifie. Seul le froissement de l'herbe mouillée pour lui répondre. Il s'agenouille à nouveau contre la fenêtre pétée, celle qu'ils peuvent entre-ouvrir après la fermeture du bâtiment pour s'y glisser comme des collégiens friands d'aventure et aspirants délinquants. Les serres sont très probablement l'un de leurs meilleurs spots. Ou du moins celui qu'Achille affectionne particulièrement. Il y règne une lourde humidité qui lui rappelle la plage après un cyclone. Puis il se sent à son aise parmi les plantes exotiques ; boire son kava adossé à un palmier, aussi minuscule soit-il, le transporte pour un temps à ses antipodes chéries.
Il vérifie une enième fois le matos qu'il a embarqué à la va-vite. De quoi passer une bonne soirée. La compagnie de Jack en est souvent synonyme. Leurs rencontres sont irrégulières, majoritairement nocturnes. Ce sont des bouts de temps empruntés à la vie, de petits instants de répit où Achille permet à son cerveau d'aller se percher loin, très loin là-haut, d'oublier la course des secondes, le rythme effréné d'Hercule, le manque. Ce gouffre monstrueux. Cette abysse dans laquelle il balance indistinctement les déchets de son existence actuelle, discours vides comme engins absurdes dans l'espoir vain de le combler un jour. Il l'admet volontiers, que ça lui troue l'âme, que ça lui fend le crâne. Parfois il voudrait savoir la rage, il voudrait goûter la haine, il voudrait démolir ses jointures en tout conscience contre les murs infranchissables de la distance meurtrière. Parfois, il voudrait ressentir.
Mais très vite le myocarde apeuré reprend le dessus, étouffe les aspirations, pousse à l'anesthésie. Encore. Toujours.
Laisse couler dans ses veines la douceur illusoire d'une existence apathique.
Diffuse lentement la drogue de l'inertie.

Un bruissement qui frôle le tympan ; un fantôme dans la pénombre. Il se déplie lentement, use d'un ton affectueux.

t'es en retard, bébé.

Ou il était en avance. Ça n'a pas trop d'importance.


SUMMER
May — ft. Jacklyn O. Babylonn


Code:
<div><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Montserrat:400,700" rel="stylesheet" type="text/css"><br><center><div style="width:430px; background-color:#FFFFFF; color:#A9A9A9; font-size:11px;"><div style="width:430px; background-image:url('http://i55.servimg.com/u/f55/12/49/47/72/28929810.jpg'); border-bottom:solid 4px turquoise; color:white; font-family:Montserrat; text-shadow: 2px 0px turquoise; font-size:35px; line-height:27px; letter-spacing: -2px; text-align: left; padding:20px;">ROLL AWAY YOUR STONE I'LL ROLL AWAY MINE TOGETHER WE CAN SEE WHAT WE WILL FIND DON'T LEAVE ME ALONE AT THIS TIME FOR I AM AFRAID OF WHAT I WILL DISCOVER INSIDE CAUSE YOU TOLD ME THAT I WOULD FIND A HOLE WITHIN THE FRAGILE SUBSTANCE OF MY SOUL AND I HAVE FILLED THIS VOID WITH THINGS UNREAL AND ALL THE WHILE MY CHARACTER IT STEALS</div><div style="width:430px; background-color: white; text-align:justify; color:dimgray; padding:20px;">Les doigts qui parcourent l'épiderme au hasard. Rencontrent un obstacle. Presqu'inconsciemment, les ongles se glissent vicieusement sous le sang séché et déchiquètent la croûte.<br>La face d'Achille se tord en une légère grimace et il jette un coup d'oeil au genou meurtri où s'accumulent des hématomes dégueulasses et quelques plaies en cours de cicatrisation, révélatrices de sa dernière gamelle sur le bitume. Ça dégouline à nouveau ; il essuie le plasma d'un pouce et le porte à ses lèvres. Laisse l'âcreté se déposer sur le bout de sa langue en jetant un coup d'oeil alentours.<br>L'obscurité est quasi complète. En plissant un peu les yeux, il distingue encore les silhouettes décharnées des arbres environnants. Se dit qu'entre ses fringues so dark et sa présence vaporeuse, Jack pourrait déjà être à ses côtés depuis des plombes qu'il ne l'aurait même pas captée. Au cas où, il vérifie. Seul le froissement de l'herbe mouillée pour lui répondre. Il s'agenouille à nouveau contre la fenêtre pétée, celle qu'ils peuvent entre-ouvrir après la fermeture du bâtiment pour s'y glisser comme des collégiens friands d'aventure et aspirants délinquants. Les serres sont très probablement l'un de leurs meilleurs spots. Ou du moins celui qu'Achille affectionne particulièrement. Il y règne une lourde humidité qui lui rappelle la plage après un cyclone. Puis il se sent à son aise parmi les plantes exotiques ; boire son kava adossé à un palmier, aussi minuscule soit-il, le transporte pour un temps à ses antipodes chéries.<br>Il vérifie une enième fois le matos qu'il a embarqué à la va-vite. De quoi passer une bonne soirée. La compagnie de Jack en est souvent synonyme. Leurs rencontres sont irrégulières, majoritairement nocturnes. Ce sont des bouts de temps empruntés à la vie, de petits instants de répit où Achille permet à son cerveau d'aller se percher loin, très loin là-haut, d'oublier la course des secondes, le rythme effréné d'Hercule, le manque. Ce gouffre monstrueux. Cette abysse dans laquelle il balance indistinctement les déchets de son existence actuelle, discours vides comme engins absurdes dans l'espoir vain de le combler un jour. Il l'admet volontiers, que ça lui troue l'âme, que ça lui fend le crâne. Parfois il voudrait savoir la rage, il voudrait goûter la haine, il voudrait démolir ses jointures en tout conscience contre les murs infranchissables de la distance meurtrière. Parfois, il voudrait ressentir.<br>Mais très vite le myocarde apeuré reprend le dessus, étouffe les aspirations, pousse à l'anesthésie. Encore. Toujours.<br>Laisse couler dans ses veines la douceur illusoire d'une existence apathique.<br>Diffuse lentement la drogue de l'inertie.<br><br>Un bruissement qui frôle le tympan ; un fantôme dans la pénombre. Il se déplie lentement, use d'un ton affectueux.<br><br><strong><font color="turquoise">t'es en retard, bébé.</font></strong><br><br>Ou il était en avance. Ça n'a pas trop d'importance.<br><br><div style="width:430px; height: 1px; background-color:#A9A9A9;"></div><br><div align="right"><i>SUMMER</i><br>May — ft. Jacklyn O. Babylonn</div></div></div></center></div>


Dernière édition par Horatio le Ven 17 Fév - 11:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://dewlusional.easyforum.fr


Horatio
Admin
Messages : 21
Date d'inscription : 06/08/2014

MessageSujet: Re: PRISMVER - weeds grow stronger (achille+jack)   Ven 17 Fév - 11:05


Jack soupire. C'est une terrifiante habitude. C'est un peu sa manière de se tuer à petit feu à Jack. Parce que quand elle souffle, c'est tout une partie de son être qui s'échappe. Pourtant elle revient toujours. Cette petite partie de son être. Cette partie qui s'envole dans les airs et qui voit des choses que Jack elle ne voit jamais. Trop centrée sur elle-même, trop égoïste, trop sous emprise aussi. Détachée au possible du monde qui l'entoure Jack s'avance. Jack avance.

Déterminée.. ? Pas vraiment.
Anesthésiée, triste ? Surement.

Mais elle fait pas attention à tout ça Jack. Parce qu'elle avance, elle avance dans la vie et ne se soucis de rien même pas d'elle-même. Le monde tourne vraiment trop lentement pour elle. Jack elle a besoin de bouger, elle a besoin de voler, de vivre pour oublier, pour pas penser.

Et c'est ce qu'Achille lui offre. Des moments de découvertes, des voyages. Sa présence est synonyme d'évasion. Alors Jack elle avance, elle rejoint la serre parce qu'ils se sont donnés rendez vous là bas. Paquet de chips bio à la main. Jack marche, tire sur les manches de son pull over trop long. Sa jupe n'est pas bien longue et ses jambes sont abimées, arquées, graciles, qu'importe. Ses cheveux sont en bataille, elle ne les coiffe jamais il faut dire. Sa coloration date d'ailleurs, on commence à voir ses racines. Elle s'en fou, Jack.

t'es en retard, bébé.
Le temps n’a pas d’importance, seule la vie compte.
Elle sourit, s'approche de son ami et murmure plus bas. Luc Besson, le 5ème élément j'l'ai vu hier.
C'est peut-être pour ça qu'elle a des cernes sous les yeux Jack. Ou c'est son maquillage qui a coulé. Elle se plante à ses côtés et dans un souffle. Comme un coup de vent elle dépose un bisou sur son front puis essuies de sa manche la trace de rouge à lèvre qu'elle y a déposé. Elle ricane et puis elle s'assoit par terre. Sans gêne.
Elle tend le paquet de chips bio.
MOULTIPASS !
Et puis elle éclate de rire, riant de son propre accent ridicule. Ses yeux rieurs se posent sur Achille qui l'a rejoint sur le sol humide de la serre. Elle ouvre le paquet de chips puis lui passe le paquet après y avoir plongé sa main pleine de peinture.

Achille c'est comme un vent d'air frais. C'est comme une carte postale. L'atmosphère est chaleureuse, agréable. Elle a jamais froid avec H, Jack.

Pourtant elle a passé 17 ans de sa vie a avoir froid Jack.
Et puis ses yeux sombrent un peu. Et elle a une nouvelle vague de nostalgie qui lui prend les tripes. Oliver.. Son jumeau. Celui qu'elle a tué. Elle souffle, parce qu'elle veut se faire du mal, mais ça lui fait peur cette noirceur.

Alors elle se penche, plonge son visage dans la touffe de cheveux d'Achille. C'est comme un nuage, comme un bonbon, elle renifle sans gêne – encore. Et puis elle se recule, plante son regard d'enfant naïve dans le sien. Elle gonfle les joues.

Tu sens vraiment trop le fruit j'ai envie de te manger.

hrp : normalement j'écris à la premiere personne sous jack mais là j'étais inspirée à la troisième #66cccc

Revenir en haut Aller en bas
http://dewlusional.easyforum.fr


Horatio
Admin
Messages : 21
Date d'inscription : 06/08/2014

MessageSujet: Re: PRISMVER - weeds grow stronger (achille+jack)   Ven 17 Fév - 11:06


I see you standing there like a rabid dog And you got those crying eyes It makes me wanna surrender and wrap you in my arms
Il a les mains qui reflètent le reste de son corps malmené par les dernières cascades. Calleuses, abîmées par le bitume et le ponçage, les paumes râpées comme de la peinture qui s'écaille. Il en émane toujours une chaleur rassurante, même au plus fort de l'hiver ; un peu comme si sa température corporelle était marquée de son enfance sous les tropiques et que son organisme n'était toujours pas adapté à l'environnement nordique. Son épiderme boit le moindre rayon de soleil à pleins pores et recharge ses batteries à coups d'adrénaline.
Jack a le nez fourré dans sa tignasse emmêlée et il dépose une de ses paluches enflammées dans le dos de sa pote, profite d'un de ces moments de proximité dont Jack est avare. Jack la vaporeuse qui gueule sa consistance à travers ses emmerdes.

tu sens vraiment trop le fruit j'ai envie de te manger.
Qu'elle balance avec une moue de gamine vraiment frustrée. Il éclate d'un rire rendu rocailleux par la fumée qui s'échappe de son oesophage, attrape une de ses propres mèches pour la renifler à plein nez.

hercule a acheté un soin à la mangue. on a testé ça ce matin.
Il engloutit quelques chips avant de caler la clope au coin de son bec, se redresse un peu pour s'accroupir et s'empare de sa sacoche dégueulasse. Celle qu'il traîne depuis des années, qui est tachée trouée gâchée mais qu'il ne se résout pas à virer.

je t'ai pris du kava du coup. j'avais plus des masses de racines donc il sera pas très fort. faut que je demande à mon oncle d'en envoyer.
Ses paroles molles se terminent sur un grognement tant qu'il extirpe tant bien que mal le contenant en terre cuite du sac. Il se débarrasse du couvercle d'un même geste et le bol vient rejoindre sur le sol les chips, les spliffs, le bordel qu'ils ont déjà étalé. Il lance un de ces sourires qui brillent même dans le noir à Jack.

il pèterait un câble s'il savait que je te laissais boire ça. il est à fond sur la cérémonie du truc, parce qu'il a un nakamal à port vila.
L'espace d'un instant, Achille a les yeux qui voyagent vers ses îles lointaines. Sa face se voile d'une brume tandis qu'il se remémore les sons, les odeurs. D'aussi loin qu'il se souvienne, sa mémoire a toujours été sensitive. Les visages sont flous, les détails inadéquats ; mais pour rien au monde il n'oublierait l'odeur des niaoulis qui bordaient le bar à kava ou le bruissement des murmures qui s'y échangeaient. Le mouvement de Jack vers la substance amère le ramène à la réalité et il ajoute, un tantinet soucieux.

et bébé, bois pas tout d'un coup.


SUMMER
May — ft. Jacklyn O. Babylonn


Code:
<div><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Montserrat:400,700" rel="stylesheet" type="text/css"><br><center><div style="width:430px; background-color:#FFFFFF; color:#A9A9A9; font-size:11px;"><div style="width:430px; background-color:white; border-bottom:solid 4px turquoise; color:turquoise; font-family:Montserrat; font-size:35px; line-height:27px; letter-spacing: -2px; text-align: left; padding:20px; text-transform:uppercase;">I see you standing there like a rabid dog And you got those crying eyes It makes me wanna surrender and wrap you in my arms</div><div style="width:430px; background-color: white; text-align:justify; color:dimgray; padding:20px;">Il a les mains qui reflètent le reste de son corps malmené par les dernières cascades. Calleuses, abîmées par le bitume et le ponçage, les paumes râpées comme de la peinture qui s'écaille. Il en émane toujours une chaleur rassurante, même au plus fort de l'hiver ; un peu comme si sa température corporelle était marquée de son enfance sous les tropiques et que son organisme n'était toujours pas adapté à l'environnement nordique. Son épiderme boit le moindre rayon de soleil à pleins pores et recharge ses batteries à coups d'adrénaline.<br>Jack a le nez fourré dans sa tignasse emmêlée et il dépose une de ses paluches enflammées dans le dos de sa pote, profite d'un de ces moments de proximité dont Jack est avare. Jack la vaporeuse qui gueule sa consistance à travers ses emmerdes.<br><br><strong><font color="#66cccc">tu sens vraiment trop le fruit j'ai envie de te manger. </font></strong><br>Qu'elle balance avec une moue de gamine vraiment frustrée. Il éclate d'un rire rendu rocailleux par la fumée qui s'échappe de son oesophage, attrape une de ses propres mèches pour la renifler à plein nez.<br><br><strong><font color="turquoise">hercule a acheté un soin à la mangue. on a testé ça ce matin.</font></strong><br>Il engloutit quelques chips avant de caler la clope au coin de son bec, se redresse un peu pour s'accroupir et s'empare de sa sacoche dégueulasse. Celle qu'il traîne depuis des années, qui est tachée trouée gâchée mais qu'il ne se résout pas à virer.<br><br><strong><font color="turquoise">je t'ai pris du kava du coup. j'avais plus des masses de racines donc il sera pas très fort. faut que je demande à mon oncle d'en envoyer.</font></strong><br>Ses paroles molles se terminent sur un grognement tant qu'il extirpe tant bien que mal le contenant en terre cuite du sac. Il se débarrasse du couvercle d'un même geste et le bol vient rejoindre sur le sol les chips, les spliffs, le bordel qu'ils ont déjà étalé. Il lance un de ces sourires qui brillent même dans le noir à Jack.<br><br><strong><font color="turquoise">il pèterait un câble s'il savait que je te laissais boire ça. il est à fond sur la cérémonie du truc, parce qu'il a un nakamal à port vila.</font></strong><br>L'espace d'un instant, Achille a les yeux qui voyagent vers ses îles lointaines. Sa face se voile d'une brume tandis qu'il se remémore les sons, les odeurs. D'aussi loin qu'il se souvienne, sa mémoire a toujours été sensitive. Les visages sont flous, les détails inadéquats ; mais pour rien au monde il n'oublierait l'odeur des niaoulis qui bordaient le bar à kava ou le bruissement des murmures qui s'y échangeaient. Le mouvement de Jack vers la substance amère le ramène à la réalité et il ajoute, un tantinet soucieux.<br><br><strong><font color="turquoise">et bébé, bois pas tout d'un coup.</font></strong><br><br><div style="width:430px; height: 1px; background-color:#A9A9A9;"></div><br><div align="right"><i>SUMMER</i><br>May — ft. Jacklyn O. Babylonn</div></div></div></center></div>
Revenir en haut Aller en bas
http://dewlusional.easyforum.fr


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: PRISMVER - weeds grow stronger (achille+jack)   

Revenir en haut Aller en bas
 

PRISMVER - weeds grow stronger (achille+jack)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'eurycoma longifolia jack
» les début de jack en saut...
» tendon d'achille
» Cherche un Apex Jack...
» Jack a un grain en ce moment !!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quintessence :: Textes & Notes :: Sujets RP-