AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 NEBULA — ZINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Horatio
Admin
Messages : 21
Date d'inscription : 06/08/2014

MessageSujet: NEBULA — ZINE   Mer 30 Déc - 11:46



ZINE


ft. asuka langley souryuu - nge

GROGNASSE & ZINZIN - 23 YO - 3J.10L.1192 - CREVETTE - BI - 1M76 - 57KG - ROUQUINE - BLEU SALE - TATOUAGES AU POSCA - NOMADE - ARTISTE RATÉE REBELLE POURRIE - SUR LES ROUTES SOUS LES PONTS

Zine est triste parce que dans les terres inconnues il n'y a pas de réseau ; s'emballe pour une brindille parce que celle-ci dégage tellement d'ondes artistiques ; est juste conceptuelle, tu peux pas comprendre ; n'a strictement aucun sens du goût, de l'espace, des couleurs ou de la vie en général mais s'acharne quand même ; se veut cynique mais parvient juste à être gonflante ; ramasse des zéros pointés en cours de survie ; a demandé à avoir son tatouage de pièce rapportée sur le front ou la fesse gauche mais on a refusé ; du coup il est sur son avant-bras droit ; s'extasie devant la nature deux secondes puis se plaint de la boue sur ses talons ; tagge tout ce qui passe d'un bordel bariolé, incompréhensible et surtout moche à en dégobiller son déjeuner ; prêche qu'il convient de laisser les siècles abandonnés à l'abandon ; ne réalise même pas l'hypocrisie de ses discours contre le monde ; est un peu vide et pas vraiment convaincue ; renie complètement ses affinités naturelles pour les sciences ; passerait sans doute sa vie dans un Starbucks s'il y en avait à Atlas ; ne sait pas nager et a une peur panique des poulets ; veut défier l'autorité mais demain, aujourd'hui c'est yoga ; t'explique par A+B combien vivre dans un escargot c'est trop swag ; cherche si bien à vivre à l'opposé des clichés qu'elle en devient un.


À LA RECHERCHE DE NOS NAISSANCES IMPROBABLES

Aux éminentes collines de richesses ambrées, aux promesses d'aventures exaltantes, de paradis retrouvés, Nirina n'a que très tardivement comparé la triste réalité. Bercée au creux des attentes enivrantes d'un père trop fier et d'une mère trop présente, elle n'apprend jamais vraiment à interpréter les délires parentaux ni à découvrir d'exubérantes déclarations pour ce qu'elles sont. De douces illusions en plaisantes métaphores qu'on lui susurre entre deux mèches délicatement bouclées, la petite rousse est attentive. Pieuse. Littérale. On lui confie des royaumes éternels, monts d'or et merveilles miroitantes, et de tout son coeur d'enfant, elle les accepte gazouillant. C'est une lobotomie inconsciente, vicieuse, mêlée d'un amour franc et arrêté. Le type de dommages inavoués qui, partis d'un si beau sentiment, muent en d'immondes névroses. Tu seras grande, ma fille. Alors ses prunelles de bambine brillent déjà des feux d'une couronne massive, inexistante. Elle connaît avant même de se tenir en petit d'homme sur deux pieds les hauteurs enivrantes du piédestal doré. Nirina Bell Burnell se sent, se sait puissante, invulnérable, légendaire. La populace ignare ne connaît pas encore son maître, mais confortablement pelotonnée au fond de sa poussette à quatre vitesses, elle rumine à l'avance des plans infaillibles.
Et comme il en était attendu de la progéniture de deux esprits brillants ayant tout à offrir au bijou de leurs existences, elle réussit. Elle réussit presque trop bien. Dans le berceau parental qui ne s'est jamais vraiment ouvert, on n'en peut plus de louanges et de fierté. C'est certain, bébé aurait été créé de la science qu'il n'aurait pas pu être plus parfait : Nirina sera généticienne, ou théoricienne, ou même ingénieure -si elle s'avère originale- et portera sa génération à des hauteurs inestimables à la simple force de son esprit supérieur. Les douceurs répétées, les mots d'amour susurrés à en rendre dingue un bisounours ne sont pas sans conséquence : à en aduler leur génie personnel, les Burnell créent une garce. Insupportable dès l'âge de la parole, exécrable à celui de l'école. Nirina quelle jolie gamine, Nirina ne ramasse que des A, Nirina est si douée en mathématiques, Nirina se tient bien à table et Nirina fait sa prière à Okeanos avant d'aller se coucher mais bon dieu ce que Nirina peut être chiante.

DANS LA DISTRACTION DE VIES GASPILLEES D'AVANCE

La vie lui est arrivée dans la gueule en une violente explosion soufflant toutes ses belles convictions, ne laissant que les débris d'une civilisation crânienne bâtie sur du vent. Les oeillères d'un narcissisme exacerbé lui sont restées jusqu'à ses quinze ans. À quinze ans, Nirina a rencontré la vérité, la condition humaine, intangible, affreuse, éphémère. Tout de suite, elle l'a détestée. C'est la vérité qui lui a laissé un cadavre sous les yeux. Un pantin inanimé, un gamin à peine plus âgé, un type qui passait par là, un inconnu comme on en croise à chaque coin de Galeia dont les fluides rougeâtres ont tâché le pavé sans crier gare. L'accident a été aussi rapide et violent qu'incompréhensible. Elle se souvient vaguement d'un conducteur de l'aquaterra fautif ou pas qui gueule, de son cartable qui a glissé, comme soudainement alourdi par les cris environnants qui lui parvenaient en sourdine. En fixant la mort, Nirina a tout à coup compris. L'absurdité de ses aspirations. Le voile pitoyable à travers lequel elle ne distinguait jusque là qu'un bout d'univers étriqué, faussé. Elle a revu ses actes irréfléchis, vécu une seconde fois ses années mensongères, comme étrangère à elle-même. Apeurée par ses propres mirages, les victoires acquises et autres fiertés injustifiées lui sont apparues comme autant d'effroyables duperies. À quinze ans, Nirina s'est découverte parjure.
L'abstraction des mathématiques face à l'inéluctabilité de la mort, l'absurdité d'une civilisation dont la course à la science avait lentement coulé vers les tréfonds d'une arrogance mal placée lui devinrent si étrangères que Nirina l'adolescente au parcours sans faute, Nirina la plus parfaite des petites garces envoya tout valser. D'un revers du bras, les bouquins et les trophées dénués de sens, d'un silence de mort l'admiration parentale, d'une torgnole mentale l'ivresse de la réussite.
Papa, Maman, je vais être une artiste.

ET TROMPER LA MORT JUSQU'A SE PERDRE

Zine est une rebelle. Une vraie, une dure. Ou presque. Elle traîne dans les districts à des heures déconseillées, adresse la parole à des inconnus en crachant par terre et fait postilloner ses bombes de peinture à tout va. Zine vit en marge de la société et a bien compris que les politiques et l'humanité, ce n'est que du vent : Zine a connu l'ascension de la lucidité, Zine est sage.
Mais Nirina n'a pas capté que dans un monde où la reconnaissance faciale n'est qu'une formalité et où la police secrète s'en donne à coeur-joie, le port d'un cache-oeil et d'une casquette pour dissimuler son identité est à peu près aussi efficace que la paire de lunettes de Clark Kent. Notamment lorsque Zine inonde les réseaux de selfies prises devant ses dernières oeuvres. Surtout lorsque Zine, après plusieurs années d'activisme infructueux et de marginalité superflue, décide de frapper un grand coup en s'introduisant dans le temple d'Okeanos pour peindre des moustaches roses sur l'intégralité des statues. Alors Zine et ses belles idées sont envoyées au large sans ménage, en cette douce dernière lune de l'an 1214, avec l'interdiction formelle de s'approcher de Galiea à moins de moults kilomètres, sous peine de se faire jeter aux hydrosaures.
Qu'à cela ne tienne, Zine fera une très bonne nomade.
C'est une artiste après tout.
Non ?


SLT ici Cap, il faut blâmer Scip/Esel pour avoir traîné mes fesses jusqu'ici par de viles techniques de persuasion non en vrai c'est juste qu'elle est trop cute et que je suis trop faible, jetez-lui des cailloux. À moi aussi pour avoir fait d'Asuka une hipster. Ce forum est génial en large en travers en profondeur et j'ai hâte d'y plonger mes doigts crasseux. #kiss #swag #summerlove #fesses



codage©cap




Code:
<center><link href='http://fonts.googleapis.com/css?family=Fugaz+One' rel='stylesheet' type='text/css'>
<div style="width:500px; background-image:url('http://i21.servimg.com/u/f21/12/49/47/72/dark_w10.png'); border-radius: 100px 100px 0px 0px;"><img src="http://i21.servimg.com/u/f21/12/49/47/72/zinefi10.png" style="border-radius: 100px 100px 0px 0px;" />
<div style="font-family: 'Fugaz One', sans-serif; font-size:150px; text-align:center; margin:10px; letter-spacing:-1px; color:#FE016F; text-shadow: -4px 0px 0px #FDFDFD;">ZINE</div>

<div style="text-align:center; font-family:Verdana, Geneva, sans-serif; font-size:11px; color: white;">ft. asuka langley souryuu - nge</div>
<div style="width:450px; text-align:center; font-family:Verdana, Geneva, sans-serif; font-size:11px; background-color:#FFFFFF; border-radius:100px; color:gray;"><div style="text-align: justify; line-height:10px; padding-top:10px; margin-left:20px; margin-right:20px; padding-bottom:10px;">GROGNASSE & ZINZIN - 23 YO - 3J.10L.1192 - CREVETTE - BI - 1M76 - 57KG - ROUQUINE - BLEU SALE - TATOUAGES AU POSCA - NOMADE - ARTISTE RATÉE REBELLE POURRIE - SUR LES ROUTES SOUS LES PONTS</div></div>
<div style="width:420px; text-align:justify; font-family:Verdana, Geneva, sans-serif; font-size:11px; color:darkgray;">Zine est triste parce que dans les terres inconnues il n'y a pas de réseau ; s'emballe pour une brindille parce que celle-ci dégage [i]tellement d'ondes artistiques[/i] ; est juste conceptuelle, tu peux pas comprendre ; n'a strictement aucun sens du goût, de l'espace, des couleurs ou de la vie en général mais s'acharne quand même ; se veut cynique mais parvient juste à être gonflante ; ramasse des zéros pointés en cours de survie ; a demandé à avoir son tatouage de pièce rapportée sur le front ou la fesse gauche mais on a refusé ; du coup il est sur son avant-bras droit ; s'extasie devant la nature deux secondes puis se plaint de la boue sur ses talons ; tagge tout ce qui passe d'un bordel bariolé, incompréhensible et surtout moche à en dégobiller son déjeuner ; prêche qu'il convient de laisser les siècles abandonnés à l'abandon ; ne réalise même pas l'hypocrisie de ses discours contre le monde ; est un peu vide et pas vraiment convaincue ; renie complètement ses affinités naturelles pour les sciences ; passerait sans doute sa vie dans un Starbucks s'il y en avait à Atlas ; ne sait pas nager et a une peur panique des poulets ; veut défier l'autorité mais demain, aujourd'hui c'est yoga ; t'explique par A+B combien vivre dans un escargot c'est trop swag ; cherche si bien à vivre à l'opposé des clichés qu'elle en devient un.</div>
</div><div style="width:500px; height:20px; background-color:gold;"></div><div style="width:500px; height:10px; background-color:#FE016F;"></div><div style="width:500px; background-image:url('http://i21.servimg.com/u/f21/12/49/47/72/dark_w10.png'); border-radius: 0px 0px 100px 100px;">
<div style="margin-top:20px; width:420px; text-align:justify; font-family:Verdana, Geneva, sans-serif; font-size:11px; color:darkgray;"><div style="font-family: 'Fugaz One', sans-serif; font-size:32px; line-height:25px; text-align:left; letter-spacing:-1px; color:gold; text-shadow: -3px 0px 0px #FDFDFD;">À LA RECHERCHE DE NOS NAISSANCES IMPROBABLES</div>
Aux éminentes collines de richesses ambrées, aux promesses d'aventures exaltantes, de paradis retrouvés, Nirina n'a que très tardivement comparé la triste réalité. Bercée au creux des attentes enivrantes d'un père trop fier et d'une mère trop présente, elle n'apprend jamais vraiment à interpréter les délires parentaux ni à découvrir d'exubérantes déclarations pour ce qu'elles sont. De douces illusions en plaisantes métaphores qu'on lui susurre entre deux mèches délicatement bouclées, la petite rousse est attentive. Pieuse. Littérale. On lui confie des royaumes éternels, monts d'or et merveilles miroitantes, et de tout son coeur d'enfant, elle les accepte gazouillant. C'est une lobotomie inconsciente, vicieuse, mêlée d'un amour franc et arrêté. Le type de dommages inavoués qui, partis d'un si beau sentiment, muent en d'immondes névroses. Tu seras grande, ma fille. Alors ses prunelles de bambine brillent déjà des feux d'une couronne massive, inexistante. Elle connaît avant même de se tenir en petit d'homme sur deux pieds les hauteurs enivrantes du piédestal doré. Nirina Bell Burnell se sent, se sait puissante, invulnérable, légendaire. La populace ignare ne connaît pas encore son maître, mais confortablement pelotonnée au fond de sa poussette à quatre vitesses, elle rumine à l'avance des plans infaillibles.
Et comme il en était attendu de la progéniture de deux esprits brillants ayant tout à offrir au bijou de leurs existences, elle réussit. Elle réussit presque trop bien. Dans le berceau parental qui ne s'est jamais vraiment ouvert, on n'en peut plus de louanges et de fierté. C'est certain, bébé aurait été créé de la science qu'il n'aurait pas pu être plus parfait : Nirina sera généticienne, ou théoricienne, ou même ingénieure -si elle s'avère originale- et portera sa génération à des hauteurs inestimables à la simple force de son esprit supérieur. Les douceurs répétées, les mots d'amour susurrés à en rendre dingue un bisounours ne sont pas sans conséquence : à en aduler leur génie personnel, les Burnell créent une garce. Insupportable dès l'âge de la parole, exécrable à celui de l'école. Nirina quelle jolie gamine, Nirina ne ramasse que des A, Nirina est si douée en mathématiques, Nirina se tient bien à table et Nirina fait sa prière à Okeanos avant d'aller se coucher mais bon dieu ce que Nirina peut être chiante.

<div style="font-family: 'Fugaz One', sans-serif; font-size:32px; line-height:25px; text-align:left; letter-spacing:-1px; color:gold; text-shadow: -3px 0px 0px #FDFDFD;">DANS LA DISTRACTION DE VIES GASPILLEES D'AVANCE</div>
La vie lui est arrivée dans la gueule en une violente explosion soufflant toutes ses belles convictions, ne laissant que les débris d'une civilisation crânienne bâtie sur du vent. Les oeillères d'un narcissisme exacerbé lui sont restées jusqu'à ses quinze ans. À quinze ans, Nirina a rencontré la vérité, la condition humaine, intangible, affreuse, éphémère. Tout de suite, elle l'a détestée. C'est la vérité qui lui a laissé un cadavre sous les yeux. Un pantin inanimé, un gamin à peine plus âgé, un type qui passait par là, un inconnu comme on en croise à chaque coin de Galeia dont les fluides rougeâtres ont tâché le pavé sans crier gare. L'accident a été aussi rapide et violent qu'incompréhensible. Elle se souvient vaguement d'un conducteur de l'aquaterra fautif ou pas qui gueule, de son cartable qui a glissé, comme soudainement alourdi par les cris environnants qui lui parvenaient en sourdine. En fixant la mort, Nirina a tout à coup compris. L'absurdité de ses aspirations. Le voile pitoyable à travers lequel elle ne distinguait jusque là qu'un bout d'univers étriqué, faussé. Elle a revu ses actes irréfléchis, vécu une seconde fois ses années mensongères, comme étrangère à elle-même. Apeurée par ses propres mirages, les victoires acquises et autres fiertés injustifiées lui sont apparues comme autant d'effroyables duperies. À quinze ans, Nirina s'est découverte parjure.
L'abstraction des mathématiques face à l'inéluctabilité de la mort, l'absurdité d'une civilisation dont la course à la science avait lentement coulé vers les tréfonds d'une arrogance mal placée lui devinrent si étrangères que Nirina l'adolescente au parcours sans faute, Nirina la plus parfaite des petites garces envoya tout valser. D'un revers du bras, les bouquins et les trophées dénués de sens, d'un silence de mort l'admiration parentale, d'une torgnole mentale l'ivresse de la réussite.
[i]Papa, Maman, je vais être une artiste.[/i]

<div style="font-family: 'Fugaz One', sans-serif; font-size:32px; line-height:25px; text-align:left; letter-spacing:-1px; color:gold; text-shadow: -3px 0px 0px #FDFDFD;">ET TROMPER LA MORT JUSQU'A SE PERDRE</div>
Zine est une rebelle. Une vraie, une dure. Ou presque. Elle traîne dans les districts à des heures déconseillées, adresse la parole à des inconnus en crachant par terre et fait postilloner ses bombes de peinture à tout va. Zine vit en marge de la société et a bien compris que les politiques et l'humanité, ce n'est que du vent : Zine a connu l'ascension de la lucidité, Zine est sage.
Mais Nirina n'a pas capté que dans un monde où la reconnaissance faciale n'est qu'une formalité et où la police secrète s'en donne à coeur-joie, le port d'un cache-oeil et d'une casquette pour dissimuler son identité est à peu près aussi efficace que la paire de lunettes de Clark Kent. Notamment lorsque Zine inonde les réseaux de selfies prises devant ses dernières [i]oeuvres[/i]. Surtout lorsque Zine, après plusieurs années d'activisme infructueux et de marginalité superflue, décide de frapper un grand coup en s'introduisant dans le temple d'Okeanos pour peindre des moustaches roses sur l'intégralité des statues. Alors Zine et ses belles idées sont envoyées au large sans ménage, en cette douce dernière lune de l'an 1214, avec l'interdiction formelle de s'approcher de Galiea à moins de moults kilomètres, sous peine de se faire jeter aux hydrosaures.
Qu'à cela ne tienne, Zine fera une très bonne nomade.
C'est une artiste après tout.
Non ?

</div><div style="width:500px; height:20px; background-color:#FE016F;"></div><div style="width:500px; height:10px; background-color:gold;"></div>
<div style="height: 130px; border-radius: 0px 0px 100px 100px;"/><div style="width:420px; text-align:justify; font-family:Verdana, Geneva, sans-serif; font-size:11px; color:dimgray;">SLT ici Cap, il faut blâmer Scip/Esel pour avoir traîné mes fesses jusqu'ici par de viles techniques de persuasion [size=9]non en vrai c'est juste qu'elle est trop cute et que je suis trop faible[/size], jetez-lui des cailloux. À moi aussi pour avoir fait d'Asuka une hipster. Ce forum est génial en large en travers en profondeur et j'ai hâte d'y plonger mes doigts crasseux. #kiss #swag #summerlove #fesses



[center][size=8]codage©cap[/size][/center]
</div></div></center>
Revenir en haut Aller en bas
http://dewlusional.easyforum.fr
 

NEBULA — ZINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Trottinette e-zine
» Nebula H
» etang de la chézine
» Recherche Logiciel pour Zine
» Nash 2013 e-zine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quintessence :: Codes & Fiches :: Autres-